mardi 5 janvier 2010

De l'art de gérer sa "cave à thé"









L'univers des thés natures de qualité offre une diversité de goût quasiment infinie: type de cultivar utilisés, mode de fabrication, terroir, condition climatiques de la récolte...
Le monde du thé représente un univers d'expérience inépuisable et un des multiples plaisirs qu'offre cette boisson est justement cette possibilité de varier les plaisirs.
J'aime pouvoir adapter mon choix thé à mes envies, à mon humeur, à un imaginaire du moment, à une ambiance, à un état d'esprit, ou encore, bien souvent, à la météo du jour ou à la saison.
Ce sont bien souvent ces circonstances morales ou envirronementales qui vont déterminer ce que j'ai envie de boire... Etablir de telles correspondance demande une certaine expérience de la fréquentation... Certains thé colent mieux que d'autres à certaines circonstances... Parfois, on aime aussi se faire surprendre par l'inconnu en s'aventurant dans des territoires mal connus... D'autres fois, on aura envie d'une approche plus méthodique visant à la connaissance plus approfondie du produit, on cherchera à faire des comparaisons de série (un de mes grand fantasme en matière de thé serait d'acheter un jour la série complète des Zhi Lan Xiang de la M3T pour les comparer...)
Finalement, plus on va prendre goût au thé et se passionner, plus on aura envie d'avoir à sa disposition uns petite "cave" dans laquelle on pourra piocher suivant son désir du moment.
La manière de composer la carte de notre salon de thé personnel représentera donc assez vite un enjeu crucial nécessitant un peu de stratégie et de planification.
Je passe beaucoup de temps à réfléchir à la manière d'organiser mes stocks: assurer une certaine diversité tout en évitant d'avoir trop de choses en même temps pour ne pas avoir des paquets qui s'éternisent au fond du placard trop longtemps - aussi, avoir trop de thés conduit à un certain éparpillement qui ne permet pas de bien connaître chaque produit en profondeur (c'est un fréqentant régulièrement un même thé qu'on apprend le mieux à découvrir tout ses secrets).
Au niveau diversité, si trop de choix conduit à un éparpillement du regard, bien souvent, c'est par leur confrontation les uns aux autres que les thés se laissent comprendre pour ce qu'ils sont véritablement. La diversité donne plus d'acuité au regard mais comme dit la proverbe, " qui trop embrasse, étreind mal"... alors, tout est question de juste mesure.
C'est donc tout l'art de composer "sa carte" avec un certain équilibre et modération... Ainsi, on fera varier les familles de thé, et les terroirs: bleu-verts de faible oxydation à moyenne, Wu Yi Yan Cha, Dan Cong, miéllés, Pu Er... Au sein d'un groupe de thé particulièrement apprécié, on pourra aussi chercher à avoir une certaine représentativité de la diversité: variation de fabrication ou de culivar (par exemple, avoir des Dan Cong fruités et fleuris, ou des Rochers peu torréfiés et très torréfiés), avoir des entrées de gamme pour une consommation régulière et des grands crus pour les grandes occasions...
Au final, avec cette objectif d'assurer une certaine diversité de choix sur base de tels critère (famille, fabrication, cultivar, terroir, grade) on se retrouve vite avec beaucoup, beaucoup de thé... Et beaucoup trop si on tient compte de budgets à respecter...
Il y a aussi l'art de prévoir comment va évoluer le stock dans une perspective dynamique. Par exemple, je mets 3 ans à vider une boite de 100 gr de Pu Er, entre 1 et 2 ans pour la même quantité de miéllé taiwanais, par contre, si je ne me modère pas un peu, je vide une boite de Dan Cong en quelques semaines... Ce qui fait que je me retrouve toujours à court de Dan Cong alors que les mêmes miéllés s'accumulent dans le placard depuis un bail...
Je crois qu'en ce qui me concerne, j'aurais intérêt à me focaliser d'avantage sur certaine famille que j'affectionne particulièrement: Rochers et Dan Cong. C'est quand même avce ceux-là que je m'éclate le plus...
Ce qu'il y a aussi malheureux dans cette histoire de stock, ce sont tout les thés qu'on a été tenté d'acheter par curiosité, "juste pour voir", et qui se sont finalement révélés très médiocres ou ennuyeux... je ne compte plus tout les paquets de thés que je ne compte pas boire et qui s'accumulent dans des cartons. Récemment, j'en ai liquidé une bonne partie, et c'était assez jouissif... Mais heureusement, avec l'expérience, on achète de moins en moins de conneries...
***
Et vous? Comment gérez vous votre "cave"? Quels sont les critères qui entre en considération au moment de faire vos achats? Cherchez-vous aussi à trouver un équilibre dans les référence qui compsent votre "cave" ou est-ce un peu le produit du hasard des circonstances?

46 commentaires:

lionel a dit…

Tout d'abord pourrais-tu nous dire à quels thés correspondent les photos (bien belles) ? ou tu fais un jeu concours...??

Passionnante question que tu soulèves là !

Je me suis posé ce genre de questions les années 2006 et 2007 au cours desquelles j'ai acheté bcp de pu er. Petit à petit je voyais que j'avais une 'strategie' pour construire une cave à pu er. A ce jour je me retrouve avec 5 kg de pu er, 30 references : 4 carrés 79-80-85 et 88, 3 vieux shengs des 70-80's, 9 jeunes ou vieux shu, 5 entre 2 âges, et 10 jeunes shengs. Galettes, carrés, tuos, vracs. De 0.2 à 1 euro le gramme. Du modeste et du grand pu er. Quelques ref en double. J'en suis assez fier je dois dire...;-) Je n'en achète plus desormais...

Ensuite pour mes thés du petit dej, je veille à tjs avoir 1 ou 2 Qimens, 1 Yunnan, 1 petit wulong taiwanais, 1 Darjeeling et 1 assam.

Côté wulongs, j'ai moins de references. 2 rochers, 7 taiwanais (mielles). Quand je m'interesse à une famille, j'essaie d'en acheter environ 5 differents. Je l'ai fait avec les rochers, que j'ai laissé tomber depuis. Je me mets avec bonheur aux miellés taiwanais. Je commence par l'entrée de gamme, mes 7 taiwanais actuels ont une moyenne de prix de 30 euros.Pas encore tutoyé les cîmes avec des ref plus prestigieuses...

J'ai aussi fantasmé sur des trucs comme tu decris, acheter un jour 10 rochers M3T, ou toute la carte des thés rouges M3T dont je suis aussi fan...

Je suis plus plannificateur que succuombant à des envies très momentannées. Comme tu dis, j'ai souvent eu des envies subites, acheté des thés coups de coeur, et qui rapidement m'ont lassé...quoi en faire après ? chaque année j'achète un vert chinois, qui après 10g me lasse...

Tu as combien des thés en tout Thomas ?

A mes debuts, j'avais facilement 50 thés. Aujourd'hui, hors pu er, j'ai env. 20 thés. Je prefere me concentrer sur moins de thés et mieux les connaitre, comme pour les théières.

A plus pour continuer la discussion...

lionel a dit…

Pour les photos je propose :
1: wuyi rou gui 1
2: tie guan yin
3: da hong pao
4 : dan cong

j'ai bon ?

Thomas a dit…

Pour la légende des photos, non, ce n'est pas un concours, je les ai faites il y a quelques temps déjà et je n'ai jamais mis de nom... Aujourd'hui, je ne suis plus absolument certain de ce que ça peut être, surtout que la qualité de l'éclairage n'est pas top... j'ai surtout voulu illustrer la variété avec ces photos

Je crois que, pour le premier, il doit s'agir de DONG PIAN 2

Le second, ANXI TIE GUAN YIN 6 (certain)

Le troisième, SHUI JIN GUI (pas certain)

le quatrime, LING TOU MI LAN XIANG 2 (pas certain)

Thomas a dit…

Si j'essaie de planifier et d'avoir un bon éventail de référence à disposition, c'est surtout parce que je suis loin de mon principal lieu d'approvisionnement et que je n'y vais guère plus que 3-4 fois par an, ce qui oblige à être prévoyant...

Dans ma cave, j'ai les thés de la liste du post précedent pour ce qui concerne les wulong de la M3T,
j'ai:
- deux thés rouges de M3T
- 3 verts japonais (mais je n'ouvre qu'un paquet à la fois)
- 7-8 verts primeurs de 2009, que je trouve assez inintéressants (penser, comme bonne résolution pour 2010, à ne plus acheter de thé vert...)
- des thés wulong divers achetés dans des boutiques genre PDT et qui ne sont guère exitant à boire...
- quelques échantillon reçus à gauche à droite (de marchands)que je dois encore tester...
- plusieurs paquets de wulong de chez Teamasters dont j'avais imaginé qu'ils pourraient me plaire (vieux thés de taiwan, Gao shan Cha torréfiés, Dong Ding, TGY torréfiés...), mais ce n'est pas vraiment la cas... je ne les trouve pas bon du tout. J'ai balancés ceux qui ne se garderaient pas, mais je conserve toujours ceux qui (théoriquement) devraient avoir un potentiel de viellissement.... Je verrais bien comment ça évolue (certains sont même toujours sous emballage sous vide non ouvert...)
- j'ai ausssi mes Pu Er, environ 20 références avce un bel équilibre d'ages et de types...


De plus en plus, je préfère aussi me concentrer d'une manière approfondie sur quelques références bien choisies, mais je n'arrive que difficilement à descendre en dessous de 5 références pour une famille que j'aime particulièrement: 2 pas couteux pour un usage courant, 2-3 références de dégustation plus sérieuses, 1-2 références plus exceptionnelles....

Comme ma consommation s'articule fort autour des cycles saisonnier, je devrais plus me concenter à certaines périodes sur certains thés: wulongs "vert" et fleuris au printemps et été, miellés et Rochers pour l'automne et l'hiver, Dan Cong en tout temps mais plus en été...

Pour les thés Rouge, je n'en ai jamais plus de 3, j'ai souvent l'impression d'avoir trop peu de choix... boire trop souvent le même thé rouge le matin, ça fini par m'écoeurer...

David a dit…

Coucou !

Curieuse coïncidence, j'ai aussi réfléchi à ma stratégie de construction de cave.

Après avoir un peu touché à tout, je vais cette année essayer de me procurer les références de pu-er que j'aime et qui seront susceptibles de bien vieillir. Les "classiques" dont vous parlez sur vos blogs, après les avoir goûtés et trouvés à mon goût bien évidemment. Cela implique pas mal de dégustations analytiques de pas mal de produits : je m'éclate notamment grâce à la générosité en échantillon de certains (merci Denis.)
Bref, je me suis déjà mis sérieusement au travail. ^^

Une fois un stock (raisonnable) constitué, je me mettrai plus sérieusement à des thés qui se conservent moins et moins susceptibles de disparaitre ou de voir leurs prix flamber.

Après comme tu le soulignes Thomas, ce sera en fonction des saisons surtout à cause des thés frais style verts (plus japonais pour moi) ou wulong très peu torrfiés.

Par contre, j'avoue encore ne rien connaître ou presque en wulong miellés, dan cong, rochers et thés rouges.

D'où ma résolution de prendre systématiquement une référence pas chère d'un de ses thés à chaque commande afin d'élargir ma culture avant de m'y mettre plus sérieusement.

Après, avoir un joli panel de thé afin de pouvoir choisir en fonction de l'humeur est un luxe dont on rêve tous. Mais quand 10 références quasi équivalentes se font face, la plupart sont susceptibles de périmer alors que d'autres s'évaporeront.

La solution est bien évidemment d'avoir moins de références mais que de thés plus haut de gamme. Un autre fantasme... ;-)

Voilà pour moi.

++

lionel a dit…

Et quels pu er "classiques" vises-tu David ?

edp a dit…

De mon côté, je me constitue un stock de thés qui me plaisent actuellement et qui sont censés ne pas trop se périmer. Comme j'aime bien les Liu bao cha et pu er, c'est assez facile.

Pour les thés qui se conservent moins, je tourne à une ou deux références car de toutes façons l'expérience prouve que je n'ai jamais le temps de finir la boîte.

Donc là je préfère acheter milieu de gamme mais par 50g ou 30g. Dans les wulong frais par exemple, je n'ai en général que 2 ou 3 références.

Pour les verts, je n'en n'achète qu'un par an, car de toutes façons la fillière chinoise de mes anciens étudiants m'en offre régulièrement et généreusement, j'ai en tout reçu cette année plus d'1kg de vert !

Exception sur les dan cong, famille qui me séduit, je m'en achète davantage mais souvent sur des références qui se vendent par 30g ou 50g.

@ David : de rien.

Flink a dit…

Pour ma part, ça ne fait pas très longtemps que j'ai commencé à pratiquer la voie du thé (depuis avril dernier). Mais je me retrouve assez dans ce que dit Lionel : j'ai une cinquantaine de thé, du fait que j'ai envie de découvrir un peu tout. Étant en plus de nature curieuse, ça aide pas ! ;)

Et je suis plutôt d'accord avec l'ensemble des commentaires. Au final je pense que maintenant je pourrai en jeter facilement la moitié.

Se concentrer plus sur certaines références est aussi une réflexion que j'ai pu me faire, et je pense que je vais certainement évoluer vers cela.

Pour le moment mes types de thé préférés sont les oolong et les puerh. Il y a bien quelques rouges qui sont très sympa je trouve (et intéressant) comme les Junchiyabari Himalayan Tips, New Vithanakende ou Aiguilles d'Or.

David a dit…

Quand je dis classique, j'entends des pu-er sheng comme les galettes de 98 et 99 de la m3t (pas données,) mais aussi la Lin Cang de 2007 et la Meng Ku Xué de la même année que je trouve vraiment magnifique. J'aimerais bien aussi me payer une galette de YiWu 2003 de Stéphane.

Des dégustations sur les conseils de Gilles feront peut être aussi grossir la liste. Y aura aussi quelques vrac comme le 26 et le 31 mais faut que je les goûte avant.

Mine de rien avec 3 galettes, y en a pour 1 kg de thé soit pas loin de 500 gong fu cha à coup de 2g avec ma petite bombe noire. Alors je me dis que d'en avoir 3 ou 4 en plus des plus jeunes que j'achète au rythme de 2 ou 3 par an, ça devrait le faire largement, surtout si je me mets en parallèle aux bleu-verts sans arrêter les sencha.

Voilà "le plan." Il est pas mal sur le papier. Maintenant, faut manger des pâtes pour acheter tout ça ;-)

++

flo a dit…

politique d'achat et d'organisation simple :
1) ne pas collectionner les merdes. A quoi on reconnaît une merde ? grâce à un peu d'expérience on réduit la marge d'erreur.
2) posséder les thés que j'aime profondément boire. Pas de déco. pas de must have.
3) pas de précipitation. Une occasion "perdue" d'achat se retrouvera toujours d'une manière ou d'une autre (le champ des thés à rencontrer est vaste) ; un achat pour rien, c'est peu réversible.
4) le goût change, lapalissade : pas trop la peine de posséder la même galette en 10 exemplaires. De quoi, c'est un machin qu'on ne trouvera bientôt plus ? so what ? y aura autre chose -et puis, vous l'avez certainement remarqué, dans la vie y a toujours un moment où c'est fini, en cas de regret éternel le regret fait partie du plaisir et puis voilà.

et ne pas céder au syndrôme de la collection quand on boit du thé depuis genre 3 ou 6 mois : à ce stade, la seule urgence est de ne pas se précipiter. une "cave" constituée en qq semaines ou en qq mois, c'est juste au final un tas de trucs dont son propriétaire aura hâte de se débarrasser auprès du premier naïf venu. achats massifs et rapides = "NDD qu'est-ce qui m'a pris d'avoir tous ces trucs où j'ai pioché 10g pour m'apercevoir que ça n'a aucun intérêt".

Contrairement à une croyance qui semble fort répandue dans la blogobulle (en pleine bulle d'ailleurs), l'objectif n'est pas d'avoir une cave : avoir une cave (ou réserve ou collec, comme on voudra nommer ça) n'est que le résultat d'un processus naturel et patient.
Depuis 6 mois ou 1 an vous n'avez que quelques thés ? normal et même plutôt très bien. Ne vous inquiétez pas, le temps passant assez vite ça va s'étoffer. A contrario vous en avez déjà des kilos ? alors réfléchissez 2mn : peut-être que votre vrai plaisir c'est d'acheter et de raconter vos achats, et pas tant de boire. why not, n'en faut pour tous les goûts.

Je connais des amateurs très connaisseurs qui n'ont pas de "cave", ni même tant de thés que ça. la quantité n'est que peu de chose, et avoir ne mène pas à être. Mais il y a aussi une question pratique, il est vrai : loin de ses lieux de prédilection, on sera plus avisé de stocker plus loin que 100g, bien sûr. Par ailleurs, le minimalisme ne fait pas l'amateur, non plus.

je considère qu'un buveur qui serait incapable de fréquenter le même thé, un seul thé, pendant un minimum de 10 jours (en fait je pense à beaucoup plus longtemps que ça), n'est pas un buveur mais un détenteur. mais là encore why not.
Au final c'est davantage le resserrement de la perspective qui forge l'intensité d'un attachement. Le temps fera le reste.

Thomas a dit…

Flo,

Comme toujours, tes commentaires sont dignes de constituer une véritable "somme thé-ologique" ...

;-)

Arno a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
David a dit…

Très intéressante réflexion effectivement. La cave... les thés de garde... la possession... le besoin d'amasser tel un écureuil à l'approche de l'hiver... l'acte triomphal de l'achat des fois plus jouissif pour soi-même que l'utilisation qu'on fait du produit... Est-ce que cela sert le thé ou a quelque chose tout court ?

Personnellement, je compte me prémunir de la flambée des prix sur quelques produits que j'aime (qui devraient se bonifier avec un peu de chance) mes premiers achats ayant déjà prix plus de 10% pour certains en quelques mois.

Mais il est bon de rappeler que la précipitation comme souvent dessert plus qu'elle ne sert, surtout pour un débutant comme moi, et que les occasions qu'on pense loupées à jamais ne sont jamais si dramatiques que ça, loin s'en faut. Aussi les goûts changent, je ne peux qu'être d'accord.

Ah, comme ce serait plus simple de pouvoir acheter des thés qu'on connait et qu'on aime au gramme sans se soucier d'une rupture de stock ni d'une flambée mirobolante des prix...

En tout cas, je vais encore réfléchir à mes achats et qui sait peut-être économiser quelques deniers dans l'affaire.

Merci. ^^

++

PS : petite erreur dans mon message précédent, je voulais parler du Lin Cang 2003 et non 2007 (aka galette 37.)

Soïwatter a dit…

Ah c'est comme ça que l'on nomme l'infâme pyramide de boites et paquets traînant sur mes étagères?... "C.A.V.E A T.H.E"! Ayé! Noté!

Il n'y a jamais assez de thé sur mes étagères lorsque je réfléchis au thé que je voudrais boire... et toujours trop une fois que je me mets à le chercher. Et pourtant il n'en a pas "beaucoup": une 15aine de belles références pour les grands moments, et une 20aine de références plus modestes (en comparaison seulement) pour survivre au quotidien... Tous thés confondus...

Maître Flo parle très justement de pouvoir boire un thé 10 jours d'affilée. Pourquoi pas? 10 jours, ça ne m'est jamais arrivé. J'aime pouvoir varier. Mais selon les saisons, je remarque bien que je me retrouve toujours pendant des mois à boire quasiment les même trois quatre thés. La variété c'est aussi pouvoir faire face a ces grosses différences saisonnières des envies: en hivers, il peut se passer des mois où je ne bois que des yan cha ou des thés ressemblants. C'est aussi pouvoir faire face aux envies soudaines et aux fringales d'un thé. Et mes choix d'achat reflètent souvent ces besoins de variété et de constance, plus que des achats impulsifs. Il y a encore un an, il y avait bcp plus d' impulsions, mais c'était un besoin effréné de découverte.

Je ne pense pas qu'il y ait une volonté réfléchie d' avoir x thés dune famille ou d' une autre. C'est plus inconsient... L'achat d'un thé reste une envie instantanée et un choix face à une sélection. Mais en gardant en tête cette idées que j'achete un the pour le boire, pas pour avoir une belle étagère... Avec quelques achats découverte... Au final c'est plutot moche une collection de thés, surtout dans un petit appart parisien...

Des le départ, j'ai toujours voulu être raisonnable dans les quantités achetées: un ou deux thés à la fois, tous les deux mois... Et pourtant les thés s'ammassent et je pense avoir de quoi palier à tous mes styles d'envie. Des beaux thés: beaucoup de Yan Cha pour les mois d'hivers, quelques miellés, des Dan Cong pour les envies de thés éclatants, des pu ehr pour toute l'année (3 galettes, 2 briques, 2 tuo et quelques autres), des oolongs plus frais pour l'été, trop de verts chaque année, mais c'est le prix de la diversité, et beaucoup de rouges... Et des oolongs plus modestes de toute sortes pour mon quotidien...

Acheter avant une flambée des prix ou un éventuel épuisement des stocks? C'est une notion que j'ai beaucoup de mal à comprendre ( c'est un avis personnel). Déjà, pourquoi s'offusquer d'une augmentation de 10 ou 20% sur un thé de dix ans qui a pris un an? C'est logique que le prix augment avec les frais de stockage et les risques associés... Au final le prix d'un GFC est dérisoire , même pour des thés d'exceptions (disons, quoi? max. 1€, 2€ le gramme?). Même une boite de thé à 50€/30g ou galette à 500€, c'est dure à sortir, mais c'est pas cher si on la boit réellement. On pourra toujours attendre un peu avant d'acheter le thé convoité (J'ai attendu huit mois avant d'acheter la boite de Ba Xian II que je lorgnais), il ne s'enfuira pas, et même si...

Je me souviens d'une phrase qu'Imen m'avait écrit: "Le thé est un voyage sans fin, ce monde ne tombera pas à cours de thé à découvrir." Un thé que l'on a pas pu essayé ou que l'on ne trouvera plus est un petit regret, surtout comparé au gros remord d'un thé que l'on a payé cher pour le laisser traîner sur une étagère et qu'on ne boira pas.

Et on peut y aller en matière d'achat. Je crois sans mentir qu'on est beaucoup ici présent à en boire plus d'un kilos ou deux par an... Et la plupart des beaux thés se gardent et se bonifient même...

Anonyme a dit…

Je comprends bien cette passion de découverte. J'agis de la même façon pour les livres et les disques. C'est un ancien désir enfantin : quand je serai grand je m'achèterai tout ce que je veux (des bonbons, ou des illustrés, à l'époque). L'idée d'un Noël que l'on s'offre (quand enfin on a de l'argent- c'est peut être plus un désir d'enfant pauvre je ne sais pas). Cela me rappelle aussi les débuts d'une relation amoureuse. Cette faim, cette voracité.
Dans l'achat de plusieurs thés différents il y a quelque chose d'un geste de gros gourmand joyeux, qui me plaît bien. Alors certes cela a un côté gargantua. Mais ça me plaît bien.
Ensuite tous les thés achetés seront bus, appréciés en leur temps. Je me souviens du jour où j'ai acheté une quantité de disques de Louis Armstrong. C'était un tel plaisir. Ensuite des mois ont été nécessaire pour les découvrir. J'aime bien ce joyeux bordel. Une autre manière d'être un buveur de thé.
Et puis en lisant vos blogs, difficile de ne pas être séduit, intrigué par les thés dont vous parlez si bien.

Martin

edp a dit…

Très pertinentes ces réflexions-ci.

Mais j'avoue que si deux (voire un) de mes fournisseurs arrêtaient leurs activités, je serais très embêté pour certaines familles. Après c'est vrai qu'on pourra toujours trouver un tuocha chez tang frères.

Anonyme a dit…

@ Thomas : je te conseille les Baozhong de Teamasters (oui le TGY torréfié de Stéphane ne vaut pas mettons le TGY 9, mais il coûte aussi 4 fois moins cher), ainsi qu'un gao shan cha récent (je n'ai pas la référence ici, mais il est de cet hiver). C'est vrai il ne propose pas d'équivalent au Tai Bai Bui Jiu ou du beauté académique 2 ou de shui xian de taïwan. Mais ses thés méritent vraiment le détour, ça me semble un très bon rapport qualité prix (et puis c'est pédagogue, un passeur). Ah et j'aime aussi ses beauté orientale (mais je ne connais pas ceux de la m3t).
belles photos au fait.

Martin

lionel a dit…

Flo : "De quoi, c'est un machin qu'on ne trouvera bientôt plus ? so what ? y aura autre chose -et puis"

tu as pourtant mis de côté quelques carrés n°3 non ? tu disais envisager avec 'douleur' sa dispariation à la carte ...? non ?

fortunato a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
flo a dit…

lionel, évidemment qu'au fil du temps et que même depuis le temps j'ai des trucs sur l'étagère, du carré machin ou autre chose. le contraire serait étonnant.
et il y aura un moment où il n'y en aura plus. eh bien au risque de me répéter, ce sera un de ces moments où c'est fini.

Flink a dit…

Ah tiens question bête : vous parlez tous de oolongs miellés, mais vous avez des références histoire de savoir ? :)

ginkgo a dit…

j'arrive après l'orage :intéressantes confrontations et points de vue à lire tout ce qui précède .
J'ai constaté pour ma part agir par phases : phase de découvertes et donc achats de ci, de là puis "phase" de repos avec dégustations des achats etc. Mes thés sont constitués de 2 pistes : des thés simples, à boire tous les jours,avec du goût mais pas forcément plus de 3-4 infusions successives et qui me conviennent bien en période de travail , aller et retour en train etc. et des thés qui se dégustent vraiment quand je peux avoir de temps et boire les même feuilles durant tout un après-midi par ex....
En fait le thé accompagne des périodes de vie et comme le dit bien l'auteur de ce blog il suit la saison, le rythme de vie, les ambiances etc.

Anonyme a dit…

Flink : mon préféré parmi les miellés est Tai Bai Bui Jiu (une merveille ; je te préviens il est cher), il y a aussi si ji chun 2, beauté académique (commence peut être par celui là). Lionel parle très bien du Wu Yi de Taïwan sur son blog.
m

Flink a dit…

Merci pour les infos :) J'ai récemment commandé un Beauté Orientale de chez Stéphane, je suppose que c'est proche du Beauté académique ?

Thomas a dit…

Beauté académique/ beauté orientale

Absolument rien en commun, a part le mot "beauté" dans l'appelation... 2 thés complétement différents

Philippe a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
David a dit…

@ Flink : si je ne dis pas de bêtise, le thé beauté orientale est présent à la carte de la maison des 3 thés sous le nom de Bai Ho Wulong, décliné en deux versions, une plus abordable que l'autre...

Bon weekend.

Flink a dit…

@Thomas : ah ok ! Bon ben j'essaierai de goûter ça alors =)

@David : merci du renseignement, mais j'ai déjà un beauté orientale (après je sais pas s'il vaut le M3T). Ou alors tu voulais dire beauté académique ? :)

Flo-nihoncha-instr a dit…

Bonjour à tous !
désolé de venir perturber ces oh combien passionnantes réflexions.
Pour ma part plutôt porté sur les japonais, il s'avère que les sencha sont difficilement conservables plus d'un mois une fois l'emballage ouvert (certains disent même idéalement, une semaine ! faut pas exagérer non plus), ainsi difficile de se constituer une "cave" très importante (à moins d'avoir à la maison une scelleuse à faire le vide.... ah quel pied ce serait !)

Ma question est la suivante, combien de temps peut on espérer conserver des wulong faiblement oxydés, et des blancs type Bai mu dan.

David a dit…

@ Flink :

Moi aussi avant la réponse de Thomas je croyais que Beauté académique et Beauté orientale était la même chose.

J'ai alors pensé que le m3t n'avait pas de beauté orientale, mais en fait si, sous le nom cité plus haut.

Après, je ne connais pas encore ce thé, juste de nom et le fait qu'il soit le fruit de l'intervention d'une petite mouche verte (voire le site d'Hojotea pour d'amples explications.) Je sais par ailleurs qu'en mars Terre de Chine va en avoir également.

Voilà.

++

Virgile a dit…

le beaute orientale de stephane teamasters est tres bien . il y en a deux en fait, ou trois, interessant a comparer. tu pourras aussi essayer ceux de la m3t si tu tombes amoureux de ce the
le beaute academique de la m3t n a effectivement rien a voir, feuilles roulees, mielle , c est un the parfait pour commencer a decouvrir, et il n est pas cher. donc...
pas d accents sur ce clavier navre

Flink a dit…

@David @Virgile : oui le beauté orientale de teamasters je l'ai goûté une ou deux fois pour le moment et je le trouve très sympa. Pour ce qui est de la beauté académique, la description fait envie (de ce que j'ai lu aussi sur le net après recherche).

Par contre pour la M3T, y'a pas moyen du tout de commander sur le net ?

Virgile a dit…

non pas internet pour la m3t
appelle les (0143369384) ils livrent en france et en europe

Thomas a dit…

Flo-ninoncha-instr

Tu as bien raison de mentionner cette particularité des thés japonais. Aimer ces thés demande aussi une bonne organisation de sa consommantion pour éviter d'en avoir trop d'ouvert en même temps tout en ayant un peu de choix...

A l'époque où j'en consommais, j'vais souvent 1 ou 2 sencha ouverts ( ou 1 sencha et un Gyokuro), et un truc plus courant genre kukicha...



Pour l'instant j'ai un paquet ouvert depuis un bon moment de hon yama sencha de chez hojo, je trouve qu'il se conserve étonnement bien...


Concernant le conservation des wulongs peu oxydés et des thés blancs, c'est assez variable. certains de très bonne qualité, si ils ont été bien séchés vont pouvoir se conserver un an sans problèmes... Mais pour la plupart de ce qu'on trouve sur le marché, mieux vaut les boire très vite...

Thomas a dit…

Je suis agréablement surpris de l'intérêt que vous portez à ce sujet, il y pas mal d echose intéressante qui on été dites dans les commemntaires...

L'attitude a avoir par rapport à ses réserve est certainement très différente selon que l'on soit un amateur débutant ou quelqu'un qui a déjà bien exploré le thé...

- Si on est débutant, surtout ne pas se précipiter en ayant les yeix plus gros que le ventre, acheter plus que ce que l'on peut explorer avec attention...
Ceal dit, en débutant l'exploration d'un produit de bouche de qualité (c'est aussi valable pour d'autres choses: vins, whisky, cognac, chocolat...), c'est intéressant d'avoir un petit éventail de produits judicieusement choisis que l'on pourra comparer entre eux pour avoir une meilleure compréhension des variations au sein d'un même produit.
Ainsi on pourra, si on est vraiment au début, visiter les différentes familles....
Mais, si on est un peu plus avancé, ce qui est très instructif, c'est de comparer plusieurs produits apparement similaires:
par exemples, c'est assez intéressant d'acheter et de comparer des Dong Ding (ou baozhong ou tie guan yin... ou autres), bref, un thé très courant dont on peut trouver beaucoup de variantes sur le marché: par ex. vous pouvez choisir Dong Ding du palais des thés, celui de teamasters, le N°3 de m3t, ou autres... C'est important qu'ils soient dans la même tranche de prix... ça n'a pas beaucoup de sens de comparer si les prix sont trop différents, si ce n'est justement, pour comprendre en quoi un garnd crus va se distinguer d'un thé courant...

après, c'est juste un conseil basé sur mon expérience (j'ai beaucoup apris sur la notion de qualité en comparant des thés...), et c'est certain qu'il n'y a aucune règle set aucune marche à suivre dans itinéraire comme celui dela découverte d'un produit de dégsutation... on peut très bien s'arreter aprsè avoir découvert un truc qui nous botte vraiment...


Mais le goût (entendre, le "bon goût", au sens d'une bonne capacité de discernement de toutes caractéristique d'un produit), c'est toujours le résultat de toutes les expérience gsutatives passées. Au plus vous aurez eu d'expériences différentes, au plus vous aurez des points de repères, des références, au plus vous aurez une bonne capacité à comprendre la valeur d'un produit, au plus vous aurez une idée précise de ce qui, selon vous, va faire la qualité, de ce qui vous plait, ce que vous recherchez, ce que vous aimer trouver...

Thomas a dit…

(suite)



- Aussi de plus en plus, je crois qu'il faut éviter de trop stocker et de vouloir gouter à tout... découvrir prend du temps, les gouts évoluent et s'affinent. On devient aussi plus éxigeant avec l'expérience...
Au début, on peut penser aimer quelque chose parce que c'est meilleur que ce qu'on agouté avant. Mais, est-ce pour autant quelque chose de vraiment bon ???
On se dit, que c'est génial, on en fait pein de stock, et puis, 6 mois plus tard, on trouve un produit similaire, quasiment au m^me prix, et que l'on trouve encore infiniment meilleur que celui qu'on a adulé quelques mois plus tôt... Alors, du coup, on n'a plus guère envie de se farcir le thé qu'on trouvait génial, on commence même à le trouver imbuvable et à maudire le crétin incompétent sans scrupules qui nous l'a vendu en nous le présenté, comme une mùerveille valant son pesant d'or... Alors, si on est novice, rien ne sert de se précipiter, de toue façon, des thés il y a en plein, et on en récolte tout les ans... alors, si vous loupez un truc vraiment bien, ne vous en faites pas vous allez retrouver bien d'autres choses intéressantes...

- Je comprends aussi qu'au plus on devient connaisseur, au plus on peut avoir tendance à se concentrer vers certaines références que l'on apprécie tout particulièrement... Je commence à avoir fait le tour de la carte M3T pour certaine famille comme le Rochers, et si la plupart des références sont intéressantes, il n'y a qu'une petite poignée que je trouve tout à fait renversantes; et je crois qu'à l'avenir, c'est su ces quelques dernières que je vais me concentrer... Il y a certains thé que j'ai toujours fréquentés et dont je ne me lasse pas...

Thomas a dit…

Concernant les thés en provenance de chez Teamasters:

les auteurs qui interviennent dans ces pages sont absolument libres et responsables de leurs propres propos, avis ou conseils.

Sachez simplement que, personnelement, je ne les cautionne pas.

Je connais les thés de Tea Masters pour en avoir déjà acheté à une période où j'achetais du thé d'une manière assez compulsive.
Excepté certains de ses Pu Er, je n'aime pas du tout ce qu'il vend...

Flo-nihoncha-instr a dit…

Thomas,

Oui, en effet, moi aussi, j'essaie de ne pas avoir plus de 3 thés japonais ouvert en même temps....même si parfois il est bien tentant d'ouvrir tout de suite une nouvelle acquisition ! Ceci, j'ai maintenant ma solution, j'ouvre, je goûte, puis re scelle l'emballage avec la machine à faire le vide à la boutique !

Aussi, merci pour les renseignement sur la conservation. Donc, mieux vaut être méfiant avec les wulong aussi.

Flink a dit…

@Virgile merci pour l'info. Mais je vais y aller un de ces quatre, je taff sur Paris et vit en banlieue. Le tout c'est de trouver le temps :) (on s'est motivé avec un ami qui est aussi amateur de thé, et donc ça devrait être pour bientôt ;))

Flink a dit…

@Thomas super toutes tes explications ! Et oui c'est bien cool ce billet et tous ces commentaires. Il n'y a pas un espace de discussion (comme un forum) où vous êtes tous des fois ? :)

C'est à quel niveau que tu n'aimes pas les thés de Teamasters ? Je veux dire c'est pas ton style, ou c'est qu'en comparaison d'autres (M3T par exemple), tu trouves que ça se tient pas ?

lionel a dit…

Enrichissants commentaires effectivement.

1 enseignement important que je tire de mon experience de thé (7 ans) : faire preuve de patience, eprouver ses envies sur la durée.
Vrai sur les théières : tellement facile de flasher sur une théière en magasin ou sur le net, mais le coup de foudre tient-il toujours après 1 semaine ? 1 mois ? rarement le cas...
Idem sur les thés, mes 5-7 thés du petit dej, j'ai mis bien 5 ans à trouver les meilleurs rapports qualités prix, tester differents grades et fournisseurs...

Une question me titille :
Faut-il viser toujours plus haut en qualité ?
On voit clairement Thomas que tu es capable d'apprécier, en parler vraiment bien (le mieux sur nos blogs selon moi), sincèrement, rationnellement, de thés d'entrée de gamme jusqu'aux hauts de gamme. Perso, après 7 ans de vie de thé intense, ce n'est pas mon cas. J'ai des pu er, rochers à 1 euros le gramme, j'en ressens pas encore les plus-values réelles, idem sur les théières de potier versus classiques...

Donc un véritable amateur de thé, au fil de son chemin de thé, doit-il inévitablement viser tjs plus haut en qualité ? Personellement, je pense que non, qu'on peut se contenter, être parfaitement heureux avec des thés plus simples (mais pas trop simples non plus).

Evidemment notre mode de vie à chacun impacte (verbe qui n'existe pas) notre pratique du thé. Avec 2 enfants de 2 et 4 ans petits dormeurs, les moments de thés se font rares, voire rarissimes (2 gfc/mois : c'est bien), donc je vise l'essentiel, oubliés les gongfuchas de 2h avec des pu er de 30 ans, place aux simples thés rouges ou miellés à 25 euros/100g....

David a dit…

Comme cela a été dit, et pour essayer de résumer, je pense que notre confection d'une cave est très personnelle, tout comme notre rapport au thé.

On transpose qui on est dans le thé. Du coup, certains vont faire des choix que d'autres ne comprendront pas. Choix sur la qualité, sur la quantité, sur le(s) lieu(x) d'achat. Etc.

L'important est pour moi de vivre son thé tel qu'on est. On fait comme on le sent. Un débutant n'aura pas la même approche qu'un amateur confirmé, il souhaitera découvrir plus largement. Il se brûlera sûrement les ailes en s'éparpillant et en ne sachant être patient jusqu'à ce qu'il apprenne cette patience si nécessaire au thé...

L'apprentissage par l'erreur à l'instar de toutes ces infusions manquées...

Bien sûr, on est tous débutants dans le thé, mais certains plus que d'autres.

On fait aussi suivant le temps qu'on a et son budget bien évidemment.

Bref, une discussion/réflexion fort stimulante comme je les aime.

J'en retiens surtout personnellement le besoin de patience... Et pourtant...

++

Alain a dit…

...un peu en retard sur ce coup là...
très impressionnant pour un mono maniaque comme moi ...
je tourne autours de mes Rochers et j'ai a coté quelques satellites...je n'ai pas fini d'explorer la carte des Rochers de la M3T alors il me semble que je manque un peu d'expérience encore pour me composer une cave...j'en suis plutôt au stade du collectionneur, voir du "collecteur"...je multiplie les experiences gustatives..
Cepandant dans ton texte qqchose m'a fait rire:
"je vide une boite de Dan Cong en quelques semaines..."
ben quand c'est vraiment bon....

Loula a dit…

C'est marrant car je suis en ce moment en train de "faire le vide" (bon pas trop quand même) dans ma théotèque... Je suis vraiment une grande débutante et je suis pour l'instant sur des oolong peu fermenté et du thé vert japonais, ce qui est ma première étape après le thé parfumé et le thé noir qui est devenu rouge depuis. ça doit faire un peu plus d'un an que j'en bois et c'est vrai que les gouts évoluent finalement très vite. Mon seul fournisseur était avant Mariage chez qui je n'ai pas remis les pieds depuis un bon moment... Mais je ne vais pas non plus les accabler puisque c'est sur leurs conseils (et suite à ma demande de gouter des thés "natures" pour changer du parfumé) que j'ai gouté du tie kan yin (à 5e les 100g, j'ai eu un vrai coup de foudre pour ce thé et je ne sais plus quoi faire maintenant des 100g rachetés dans la foulée) et du keemun... Le début d'une grande aventure donc! Là je suis en train de bannir définitivement les thés parfumés que j'étais seule à boire (car autre paramètre à prendre en compte, mon copain bois du thé parfumé même s'il m'accompagne à chaque fois que je fais du oolong. Les amis qui viennent prendre un thé sont aussi difficile à convaincre de passer au nature, j'en ai donc quelques uns!). Mais c'est vrai aussi qu'au début il y a une sorte d'euphorie de l'achat, forcément on découvre tout un nouveau monde de thé on veut tout gouter et au début j'étais réticente à passer la barre des 5€/100g habituels! Du coup je me retrouve avec des thés japonais qui n'en sont pas, des oolong dont je ne peux faire qu'une infusion (même si je mentirais en disant que je maitrise le gong fu cha, de toutes façons, je suis une dilettante, seul le plaisir ma guide dans mes dégustations et je n'ai aucune rigueur!) et surtout des thés parfumés que même quand j'aimais ça je n'en n'aurais pas bu tellement ils sont chimiques, mais bon on sait que j'aime le thé alors on m'en offre, c'est aussi simple que ça!!!
Du coup je donne beaucoup de ces thés à des gens selon leurs gouts (je n'arrive pas à les jeter, je ne sais pas comment vous faites, donnez les moi!!;-) et, même si je sais que Thomas pense le contraire, je trouve que des thés bas de gamme peuvent permettre de commencer très bien à faire des explorations, si je dis ça c'est parce que je suis passée par là...

Loula a dit…

Et du coup, (parce que c'est pas facile de suivre ce qu'on dit dans les commentaires!), j'ai aussi arrêté d'acheter des oolong en me disant qu'il valait mieux finir les miens avant de continuer car si j'en ai trop, je risque de ne plus savoir où donner de la tête!!

Pour ce qui est de Stéphane, je me souviens que tu m'avais dit ce que tu en pensais quand j'étais venue à Bruxelles et finalement, je me dit qu'à mon niveau, même si mes premiers oolongs sérieux viennent de chez lui et que j'en suis contente, je n'ai pas vraiment besoin de commander chez lui, d'autant que j'habite très proche de Paris et que ce ne sont pas les endroits qui manquent pour me ravitailler, en ayant en prime des conseils en directs, adaptés à mon niveau...

Olivier a dit…

Quelques mots du Yunnan,
Après la (les) tempête, mais les blogger.com n'étant pas accessibles ici je ne fais un tour sur les blogs francophone que par assez grande intermittences...

Pour ma part je distingue en tout premier lieux les thés frais (verts, noirs et la majorité des oolong) que ici on consomme toujours de l'année, et souvent de la dernière saison, et les puerh pour lesquels la question est totallement différente.

Les thés frais perdant vite de leur subtilité et se consommant rapidement j'évite d'en stocker trop et j'en rachette régulièrement. Stockage à l'abris de la lumière et dans mon frigo à thé, mois sexy que les jares mais beaucoup plus efficace pour ce type de thé. Au risque de dire qq chose d'un peut provoquant j'ai un peut le mme rapport qu'avec les salades à la seule différence que je goute avant d'acheter, ensuite retour du marché au frigo, et quand y'en a plus beaucoup j'y retourne ;)
Je me fait sinon toujours emballer mes oolong en paquet de 50g sous vide ce qui améliore aussi la conservation et la fraicheur.

Pour les puerh, c'est bien sur très différents, et je joue entre ma collection et ma cave. J'achette des galettes pratiquement tous les jours qui rejoignent ma collection. C'est un peut comme une collection de CD, le matin j'aime me pencher dessus et chercher la galette qui correspondra au moment... puis souvant (comme pour la musique) je trouve rien, j'ai l'impression de connaite ma collection par coeur, et je sens qu'il faut quelque chose de nouveau...

Lorsqu'un puerh à quelque chose de plus particulier, que je veux pouvoir faire perdurer plus longtemps (que la galette) ou que je crois en son futur, j'en rachette quelques tongs, voir plus que je met directement dans ma cave. C'est un peut comme un compte épargne, les tongs de la cave je ne les ouvres que rarement, et c'est que très occasionnellement que des galettes en sortent...
Parfois aussi quand une galette arrive sur ça fin je la sors de la collection et elle finit sur une étagère de la cave... pour le futur ;)

Bonne journée.... et bon thé!

Olivier